Comment gérer le stress d’un voyage en avion?

Il y a des moments dans la vie où le voyage s’impose. Que ce soit dans un cadre professionnel ou tout simplement pour le plaisir, voyager est nécessaire. Pour ce faire, plusieurs voies sont usitées par les voyageurs. Il y a les voies terrestres et ferroviaires si on veut profiter du paysage, la voie maritime (surtout pour les voyages de plaisir) et la voie aérienne. C’est cette dernière qui est privilégiée pour les voyages d’affaires et plus généralement dans le cadre professionnel. Malheureusement, certaines personnes éprouvent un malaise rien qu’à l’idée de prendre l’avion. La peur du vide ou plus précisément la phobie de l’avion les anime. Voyons donc comment limiter cette peur et même la faire disparaître.

Les différents types de sujets stressés par le voyage en avion

D’abord il est important de distinguer deux catégories de personnes. Il y a celles qui n’ont encore jamais pris l’avion et qui stressent, rien qu’à l’idée de le faire pour la première fois. Et puis, il y a les personnes qui par nature, ont peur de prendre l’avion, même si elles en ont déjà l’habitude. Cette distinction étant faite, nous allons voir dans les lignes suivantes, des solutions pour gérer sa phobie de l’avion.

Les personnes qui voyagent pour la première fois en avion

Faire quelque chose pour la première fois paraît comme une épreuve pour la plupart des gens. C’est normal. Et cela crée chez l’individu une peur, petite ou grande. C’est donc aussi normal que pour voyager pour la première fois, la peur envahisse un voyageur. Surtout lorsqu’il s’agit de voyager en avion, un moyen jamais employé auparavant et qui sort de l’ordinaire, puisqu’il emprunte la voie aérienne. Il existe pourtant des stratégies et techniques pour pallier ces problèmes.

phobie et peur des voyages en avion

Un voyage en avion peut être une source importante d’angoisse et de stress : il existe des moyens efficaces pour gérer la phobie de l’avion.

Le stage de conditionnement

De plus en plus de cabinets proposent aux individus des stages qui permettent de lutter contre le stress lié au voyage en avion. Dans la pratique, ces stages ont pour vocation de mettre les gens dans des conditions semblables à celles d’un vol. Ce sont des formations sur les attitudes à adopter depuis le parking de l’aéroport jusqu’à l’enceinte même de l’avion. Ces formations ont pour avantage d’évacuer la peur.

Et pour ce faire, il faut banaliser complètement cet environnement si mystérieux. Tout relève de la psychologie et la simulation n’est que trop bénéfique. D’ailleurs pour ces genres de stages, le stagiaire passe dans un premier temps, un entretien psychologique pour situer l’origine de son stress. Néanmoins, ces genres de stages de conditionnement peuvent ne pas être bénéfiques pour les patients qui ont peur de voyager en avion, car ils savent qu’ils ne sont pas dans un vrai avion. C’est pour cela, qu’il faut préférer un stage avec un vol réel.

Pratiquer des activités relaxantes

Le stage de conditionnement fait dépenser et il n’y a pas forcément beaucoup de personnes qui débourseraient de l’argent pour ça. Il existe donc des exercices et activités qui pourront vous aider à déstresser facilement. Le meilleur conseil est d’accepter sa peur et se reposer les jours qui précèdent le vol. Le sommeil est bénéfique pour tout le monde, quelle que soit la peur.

Il faut aussi éviter de traverser les ruelles sombres ou de marcher dans des endroits qui naturellement pourraient faire peur. Promenez-vous donc sur des places publiques, au bord de la mer, etc. vous pouvez aussi aller vous promener dans l’aéroport pour avoir un aperçu de ce qui vous attend. Certainement, la peur diminuera un tant soit peu. Un conseil : le jour du voyage, avant le décollage, prévenez le personnel de bord de votre peur.

Les habitués du voyage en avion

Il s’agit ici de ceux qui ont une réelle phobie de l’avion. Quel que soit le vol, ils ont toujours peur de prendre l’avion. Ce sont des cas particuliers dont la phobie ne disparaît pas facilement. Comment faire donc pour déstresser ?

Chercher à connaître le monde des avions

Parfois, avoir peur de rendre l’avion vient du fait d’avoir peur du vide, mais aussi des risques liés à un vol d’avion. C’est pour cela que chercher à connaître comment fonctionne un avion peut être d’une grande aide. La peur naît de ce qu’on ne connaît pas. Elle vient des gens eux-mêmes et non du risque. Beaucoup de personnes ignorent comment est fait un avion, comment il vole, etc. Après avoir été informés et une fois avoir maîtrisé les différents paramètres liés à un vol d’avion, la peur diminuera. Elle disparaîtra même chez certaines personnes qui en avaient une peur bleue.

Se faire prendre en charge par un psychologue

Si l’angoisse devient trop insistante, ce qu’il y a lieu de faire est de vite se faire prendre en charge par un psychiatre ou un psychologue qualifié. Dans ce cas, ce dernier pourra déceler l’origine réelle de cette phobie. Il faut un certain temps avant de guérir de cette peur, car oui, la guérison est possible. 10 à 15 jours peuvent suffire pour le traitement. Si le vol est pressant, il faut donc commencer l’accompagnement au plus tôt. Et sur orientation du psychiatre, un médecin généraliste pourra prescrire un traitement contre l’anxiété. Si 15 jours ne suffisent pas pour tous les patients, 10 mois garantissent la disparition totale de cette peur de l’avion. Attention, l’alcool n’est pas une solution contre la phobie de l’avion.

Pour conclure, comment réduire son anxiété une fois à bord ?

Au moment de passer les portes de l’avion, la peur peut atteindre son paroxysme. C’est dans ce cas que le traitement anxiolytique est nécessaire. Une fois assis, il faut se relaxer et si possible, prendre un bouquin et commencer la lecture. À partir de ce moment, la peur disparaîtra éventuellement. En cours de vol, il n’y a pas de peur à avoir. Le pilotage est en automatique. Seules quelques secousses peuvent venir par moment. Enfin, lors de l’atterrissage, pour vaincre votre peur, vous pouvez aussi vous relaxer et continuer la lecture que vous avez entamée au décollage. Notez quand même que l’atterrissage est plus sécurisant que le décollage.