La scutellaire : une plante médicinale pour traiter les troubles nerveux et psychologiques

 

On peut traiter les troubles nerveux, psychologiques et de la personnalité avec des plantes naturelles dans le cadre d’une thérapie douce qui souhaite éviter la pharmacopée chimique.

Dans ce cadre, la scutellaire, scutellaria lateriflora, est tout à fait indiquée.

On recense aujourd’hui quelque 300 variétés de cette plante originaire d’Amérique du Nord, introduite et cultivée en Europe depuis le XVIIIe siècle.

 

Scutellaire lateriflore

La scutellaire est une plante de la famille des menthes, originaire d’Amérique du Nord, elle est très efficace dans les cas de troubles psychologiques et de personnalité.

 

Depuis plus de 200 ans, la scutellaire est reconnue et utilisée pour ses vertus calmantes.

La phytothérapie la conseille pour le traitement de troubles psychologiques comme l’anxiété, la tension nerveuse et les convulsions.

Une mauvaise herbe de chien enragé !

Ses effets calmants sont tellement efficaces qu’elle est aussi considérée comme un remède pour la rage. C’est aussi pour cela qu’elle est connue sous le nom de « mauvaises herbes de chien enragé »!

Les indiens d’Amérique utilisaient la scutellaire pour les troubles psychologiques et de la personnalité ainsi qu’à l’occasion des cérémonies initiatiques pour provoquer des hallucinations et contacter les esprits.

Pour tous les troubles psychologiques ?

La scutellaire est la plante des troubles psychologiques et les troubles du système nerveux liés au stress.

Elle est effectivement utilisée pour traiter de nombreux troubles nerveux comme l’épilepsie, l’insomnie, l’hystérie, la dépression, l’anxiété, la schizophrénie, les sevrages du tabac et de l’alcool…

Elle est donc souvent prescrite en complément de traitement traditionnel.

De plus, comme elle ne perturbe pas les capacités intellectuelles ni la concentration, elle peut aider à réduire le trac et l’angoisse avant un examen ou un concours.

 

 

À consommer avec modération et prudence

Toutefois, mieux vaut consommer la scutellaire modérément. On ne connaît pas bien pour l’instant le mécanisme et le fonctionnement de ses agents chimiques.

Et depuis la découverte des benzodiazépines, la scutellaire est un peu tombée en désuétude.

Cette plante doit être également utilisée avec prudence : un surdosage peut provoquer des vertiges et des contractions. Les femmes enceintes doivent donc consulter avant de prendre de la scutellaire.

La scutellaire est encore mal connue. Aussi l’utilisation de la scutellaire se limitera à traiter des cas de troubles psychologiques avérés et sous le contrôle d’un médecin traitant.

D’autant plus que les variétés de cette plante sont nombreuses et leurs actions encore à découvrir.

[Photo: © DR]

 



Anastore.com