La merise une plante médicinale pour soulager les rhumes et éliminer le stress

La merise, prunus serotina, est surtout connue en ébénisterie pour son bois. Et on utilise également les baies de cette plante médicinale pour faire des liqueurs, des confitures et des gâteaux.

Les propriétés médicales de la merise sont en revanche moins connues. Pourtant la merise est une plante tranquillisante utilisée autant par la pharmacopée traditionnelle que l’industrie pharmaceutique.

Alors, si on retrouve cette plante dans la composition des baumes Vicks pour son action apaisante sur les rhumes, on sait moins qu’elle se révèle excellente pour éliminer les stress.

 

Merise, prunus serotina.

La merise est une plante médicinale connue pour ses propriétés capables de soulager les rhumes et la toux. On connaît moins ses bienfaits sur le stress.

 

Les premiers à noter les effets calmants de la merise sont les colons américains.

Ils observèrent que les indiens buvaient du thé d’écorce de merise notamment pour soigner les rhumes, calmer la toux et pour mieux dormir.

Les propriétés calmantes et sédatives de la merise

En Europe, la merise est souvent confondue avec le merisier, prunus avium. Mais en phytothérapie, c’est la merise et non le merisier qui est utilisée.

Et même si la merise est surtout employée dans la composition des sirops ou des remèdes comme antitussif, elle est également utilisée pour ses effets sur le système nerveux.

La merise est en effet largement utilisée pour apaiser les rhumes, angines ou problèmes respiratoires. Et comme on trouve dans la merise un composé chimique, l’acide cyanhydrique, qui a des propriétés tranquillisante et sédative: elle permet aussi de réduire le stress et l’anxiété.

 

 

Des tisanes idéales pour se relaxer

Toutefois, la merise n’est pas une plante médicinale seulement destinée à soulager les rhumes. Elle peut être servie sous forme de tisane, à raison de trois tasses maximum par jour, pour aider les personnes nerveuses à se détendre.

Attention, avec la merise: l’acide cyanhydrique que l’on retrouve dans la plante est de la même famille que le cyanure.

Un surdosage peut donc avoir de graves conséquences. Respectez donc attentivement les doses prescrites par votre médecin et limitez votre consommation à un maximum de trois tasses de tisane par jour.

Évitez les feuilles et privilégiez l’écorce et les noyaux

Mis à part ce qui concerne le surdosage, la merise est une plante médicinale qui ne présente pas de réel danger et, à ce jour, on ne lui connaît pas d’effet secondaire.

Et comme les feuilles de la merise contiennent plus d’acide cyanhydrique que l’écorce ou les noyaux, on composera des tisanes et des gélules à base d’écorce plutôt que des feuilles de la merise.

Par précaution, comme pour toute plante médicinale, consulter votre médecine traitant avant utilisation de la phytothérapie. Consommer de la merise est déconseillé aux femmes enceintes et qui allaitent.

[Photo: © scarlet61 – Fotolia.com]

 



Anastore.com