Comment choisir des huiles essentielles de bonne qualité ?

Comment bien choisir ses huiles essentielles compte tenu de l’immensité du marché actuel : internet, magasins bio, pharmacies, marchés, etc. ? Comment s’assurer de la qualité de ces dernières ?

L’usage des huiles essentielles à des fins thérapeutiques nécessitent de s’orienter vers des produits de bonne qualité, plusieurs critères doivent être vérifiés avant l’achat.

 

Huiles essentielles

Une huile essentielle de qualité répond à des critères bien précis pour une utilisation optimale.

 

1 # Le conditionnement des huiles essentielles

Les huiles essentielles sont des substances aromatiques fragiles très sensibles à la lumière, à la chaleur, il est indispensable que celles-ci soient bien conservées et protégées en permanence.

Il est donc nécessaire de choisir une huile essentielle conditionnée dans un flacon en verre teinté. C’est un prés-requis d’une huile essentielle de qualité.

Il est également judicieux de choisir un flacon de petite contenance pour éviter la dégradation de l’huile essentielle au fur et à mesure des utilisations. En effet les huiles essentielles sont aussi sensibles à l’air.

2 # Des huiles essentielles sans pesticides

Les huiles essentielles étant extrêmement concentrées en molécules actives, il est essentiel que les matières premières utilisées proviennent d’une agriculture biologique, ou de cueillette sauvage. Les conditions de cultures de ces plantes doivent être respectueuse : pas d’usage de produits phytosanitaires toxiques.

Il n’est pas rare que la culture conventionnelle d’agrumes aient recours à divers traitements chimiques : pesticides, cires, conservateurs, et pourtant c’est bien l’écorce de ces fruits qui est utilisée dans le procédé d’extraction de l’essence.

Si les molécules actives provenant de la peau d’agrumes sont extraites, il en est de même pour les substances actives de pesticides présentent sur l’écorce des fruits. Une quantité non négligeable de produits nocifs et toxiques se retrouvent alors concentrés dans l’huile essentielle d’agrume extraite.

L’usage d’une huile essentielle de mauvaise qualité peut impacter considérablement notre santé, ainsi il ne faut pas faire d’impasses sur le bio.

Afin de s’assurer que l’huile essentielle soit « bio », une inscription « AB » ou le logo de l’agriculture biologique européenne doivent figurer sur le flacon. Certaines huiles essentielles ont pour simple mention « bio », sans labels officiels. Celles-ci sont à éviter, car le cahier des charges de la qualité de ces huiles essentielles sont inconnus.

Pour autant, sélectionner une huile essentielle biologique ne suffit pas pour s’assurer de la qualité de l’huile essentielle dans sa globalité, d’autres critères sont important.

3 # Des huiles essentielles 100% pures et naturelles

L’huile essentielle choisie doit être 100 % pure, pourquoi pure ? Simplement parce que certains fabricants n’hésitent pas mélanger différentes huiles essentielles entre elles afin d’abaisser les coût de matières premières.

La cas typique est l’huile essentielle de rose, il arrive que cette huile essentielle soit coupée avec de l’huile essentielle de géranium (son odeur fleurie est semblable à celui de la rose). Vérifier donc que l’inscription 100 % pure soit bien présente sur l’étiquette de l’huile essentielle.

L’huile essentielle doit être également comporter une mention « naturelle » c’est-à-dire qu’elle doit être non modifiée chimiquement, (non décolorée, non peroxydée, non déterpénée, non rectifiée par ajout de solvant après distillation). L’huile essentielle ne doit pas non plus contenir de produits de synthèse. Attention aux parfums d’ambiance que l’on trouve dans les magasins de décoration, il s’agit bien de parfums de synthèse, rien à voir avec des huiles essentielles.

 

 

4 # Des huiles essentielle 100 % complète ou intégrale

L’huile essentielle provenant de la plante doit être extraite de la manière la plus respectueuse possible.

Ainsi la distillation doit être réalisée à basse pression pour respecter l’intégrité des huiles essentielles.

Ce processus d’extraction doit être mené à bien sur la durée, ce qui permet d’obtenir l’ensemble de toutes les fractions aromatiques. Les composés chimiques les plus volatiles auront tendances à être sortir en premier, et les moins volatiles en dernier, d’où l’utilité de réaliser la distillation sur une durée prolongée.

A l’heure actuelle, on peut trouver sur le marché différents types d’huiles essentielles d’ylang-ylang : ylang-ylang I, ylang-ylang II, et ylang-ylang III, il s’agit de fractions aromatiques différentes, ou la distillation a été effectuée de manière partielle.

Chacune d’entre elles possèdent une composition chimique différente avec une substance aromatique majoritaire. On peut trouver également l’huile essentielle d’ylang-ylang « totum » ou « complète » qui contient l’entièreté des composés chimiques issues de la fleur d’ylang-ylang.

Il est préférable de positionner son choix vers une huile essentielle d’ylang-ylang « totum » qui contient à elle seule les 3 fractions aromatiques.

Cette huile essentielle ylang-ylang « totum » a l’avantage de posséder plus de vertus médicinales que les autres fractions indépendantes.

 

 

5 # Chémotype et dénomination de l’huile essentielle pour ne pas se tromper !

Vérifier que le nom de la plante est écrit en français comme en latin. Ce détail qui n’en est pas un, peut éviter bien des confusions ! Le nom latin est international, ce qui permet de se procurer une huile essentielle spécifique sans erreurs d’appellation dans un autre pays.

Avoir une huile essentielle avec pour simple inscription « huile essentielle de thym » est insuffisant.

Il existe par exemple 7 variétés de thym vulgaire (thymol, thuyanol, carvacrol, linalol, alpha terpinéol, géraniol, et paracymène). Il s’agit du chémotype ou spécifité biochimique. Et chacune de ces huiles essentielles de thym vulgaire traitent différentes pathologies (quelques propriétés thérapeutiques peuvent être communes).

Autre mention importante : la partie de la plante distillée. En effet une huile essentielle peut être obtenue à partir de racines, de feuilles, des tiges, des sommités fleuries, des écorces, des graines, etc.

On peut par exemple trouver de l’huile essentielle d’écorces de cannelle, ou de feuilles de cannelle. Selon la partie de la plante distillée, les propriétés de l’huile essentielle sont alors différentes car la composition chimique diffère.

D’ailleurs, on peut aussi trouver la mention « HEBD » sur les flacons, celle ci signifie  » huile essentielle chimiquement et botaniquement définies ».

Autres critères de qualité des huiles essentielles

D’autres critères sont prendre en compte pour les plus exigeants, notamment la provenance géographique des matières premières utilisées pour la production d’huiles essentielles, le mode de culture, les données relatives au contrôle et analyse des huiles essentielles produites, le procédé d’extraction, numéro de lot, date limite d’utilisation, etc.

Synthèse des critères de qualité importants à retenir

Les critères listés ci-dessous doivent être remplis pour avoir une huile essentielle de bonne qualité :

# Un label bio officiel au minimum

# 100 % pure, 100 % naturelle et intégrale

# Nom en latin avec appellation en français

# Le chémotype défini et mentionné

# La partie de la plante distillée est précisée

# Flacon en verre teinté

# Choisir des flacons de petites contenances

Cet article vous est proposé par Emmanuelle du blog Phyto & Sens, un blog dédié aux vertus thérapeutiques des plantes et des huiles essentielles. Emmanuelle y partage des astuces et des conseils de qualité pour prendre soin naturellement de votre santé.

[Photo : © bigstockphoto.com]

 



Anastore.com